Vos observations de terrain sont essentielles pour pouvoir consolider des données sur la présence de cette espèce sur notre territoire.

Merci pour vos contributions :

FICHE DE RENSEIGNEMENTS A TÉLÉCHARGER

OU

QUESTIONNAIRE A REMPLIR EN LIGNE ICI

HISTORIQUE DE L’ACTION ET APPEL A LA MOBILISATION

Au milieu des années 2000, suite à la multiplication des remarques de pêcheurs ayant observé une sédentarisation d’oiseaux jusque là seulement de passage, la Fédération de Seine-et-Marne pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique a jugé qu’il était nécessaire de réagir au nom de la protection de notre patrimoine halieutique.

Un comité de suivi annuel des populations de Grands Cormorans en Seine-et-Marne a ainsi été créé en 2006, afin de mettre autour de la table l’ensemble des acteurs concernés par la question : Direction régionale et interdépartementale de l’environnement et de l’énergie, Fédération de Pêche, Fédération de Chasse, Chambre d’Agriculture, Office National de la Faune Sauvage, Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques (AFB depuis), Association des Naturalistes de la Vallée du Loing, Centre Ornithologique Ile de France.

Le premier Arrêté Préfectoral autorisant le prélèvement de 90 cormorans, et définissant des quotas sur un nombre de sites identifiés comme stratégiques, a ainsi été pris en 2006 pour la campagne 2006-2007. Devant le sérieux de la mise en œuvre de cette mesure par les tireurs bénévoles comme ceux de l’ONCFS et constatant le bienfondé de la demande des pêcheurs, la préfecture a reconduit les quotas d’année en année, autorisant même à partir de 2009 le tir de 110 oiseaux.

Les associations ornithologiques, opposées à ces prélèvements, ont tenté de faire valoir leurs arguments, sans succès jusqu’au 07 février 2017, date à laquelle le Tribunal Administratif de Melun a décidé de suspendre l’autorisation préfectorale pour la saison 2016-2017 suite à la requête en référé du CORIF.

Nos élus étaient naturellement aux côtés des services de l’Etat lors de l’audience pour défendre l’arrêté et mettre en lumière les déséquilibres écologiques qui résultent de la non-régulation de la population de cormorans, en croissance depuis 10 ans sur notre territoire.

Ayant pris acte de la décision de justice, nous avions rappelé en sortant du tribunal que si nous respections les oiseaux piscivores et reconnaissions leur rôle essentiel dans la chaîne alimentaire, nous n’en restions pas moins convaincus de l’urgence de la situation quant à la menace que la surabondance de grands cormorans fait peser sur les populations piscicoles seine-et-marnaises.

Nous nous étions engagés début 2017 à mettre en place un dispositif de recueil efficace et vérifiable des informations de terrain afin de consolider des données scientifiques susceptibles de prouver que la menace de prédation est toujours avérée, afin d’étayer de nouvelles demandes d’autorisation de prélèvements.

Un formulaire papier ainsi qu’un formulaire en ligne ont ainsi été créés dès le mois de mars 2017 et largement diffusés auprès de nos pêcheurs, via nos AAPPMA et Facebook notamment tout au long de l’année.

Nous remercions très chaleureusement les contributeurs pour leur engagement et le recueil de ces précieuses informations. Néanmoins, au vu du nombre de pêcheurs en Seine-et-Marne et de l’enjeu, nous pensons que la participation est encore trop faible et en appelons plus que jamais à votre mobilisation : nous avons vraiment besoin de l’implication du plus grand nombre pour parvenir à nous faire entendre.